Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 14:30
 
2ème étape
DANGE-SAINT-ROMAIN - TOURS 
  Bonne journée en vue car, dès le réveil, le ciel est bien dégagé. Après les jours de mauvais temps qui ont précédé notre départ, cela nous donne du courage car aujourd’hui l’étape va être une des plus longues du programme. Nous devons partir de bonne heure pour être à proximité de Tours assez tôt dans l’après-midi, à cause des travaux de création d’une ligne de tramway qui perturbe la circulation dans la ville. Seulement, c’est sans compter sur un problème récurant avec les chambres d’hôtes, si on est pressés d’y arriver, il est toujours très difficile d’en repartir. On y est si bien que l’on a de la difficulté à quitter des amis.
 
 
IMGP1277.JPG
C. HUORT
« C’est notre chambre ! Pas celle du  Père Noël ! »
 
 
       Le petit déjeuner est aussi bon que le repas d’hier soir et après avoir rechargé les batteries et les vélos, nous voilà à nouveau sur la route, en retard sur nos prévisions comme d’habitude. Nous retrouvons la vallée de la Vienne, et entrons en Indre-et-Loire à Antogny-le-Tillac.
       Rapidement, nous traversons Pussigny et au passage, admirons l’Église Saint-Clair du XIIème siècle, modifiée au XVIIIème siècle et inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1947
       Un kilomètre avant Pouzay, nous quittons la départementale D 18 qui mène à l’Ile-Bouchard pour traverser la Vienne. Une petite halte sur la place de l’église à Pouzay nous permet de nous approvisionner en boissons (eau bien sûr), à défaut de produits pour le pique nique de midi, chez Jacqueline, petit café épicerie sympathique mais peu achalandé.
       Nous longeons toujours les bords de Vienne jusqu’au village de Trogues où nous marquons une halte car deux routes, sans signalisation particulière, s’offrent à nous. Finalement, une personne âgée sortant du cimetière (d’où elle venait de faire l’entretien d’une tombe) nous indique la bonne direction tout en nous posant les questions traditionnelles, d’où venez-vous ? Et où allez-vous ? Après quelques minutes de bavardage nous repartons en direction de Saint Epain.
 
IMGP1280.JPG
C. HUORT
La pharmacie de la croix rouge à Saint Epain…
au début du siècle dernier
 
      Après la traversée de la forêt de Boizé et l’arrivée du soleil, nous entrons dans la localité où nous devons faire tamponner la carte de route et effectuer nos achats pour midi. Ce sera une pharmacie qui servira de justificatif de passage. Mais sur le mur de celle-ci, une plaque attire notre attention. C’est une information touristique rappelant que la pharmacie existe depuis plus de cent ans. On trouve de nombreuses plaques identiques le long des rues. Elles racontent l’histoire des maisons et de la localité.
       Saint-Epain, malgré une impression de bourgade rurale ordinaire, est assez riche historiquement. Le premier monument que l’on voit est l’église, dédiée à Saint Epain qui donna son nom à la ville Construite au XIIème siècle elle fut remaniée au XIIIème et XVèmesiècle et restaurée au XVIIIème siècle. Des fortifications il ne reste plus qu’une tour cylindrique qui défendait la porte ouest qui passe sous l’hôtel de la prévôté. A deux kilomètres à l’écart du bourg, on trouve les ruines du château de Montgoger, détruit par deux incendies, un en 1883 et le second en 1943 lors de l’occupation.
 
800px-Eglise_de_Saint-Epain_-_Jean-Charles_GUILLO.jpg
©Jean-Charles GUILLO pour WikipédiA 
 
La tour ronde et l’hôtel de la Prévôté
 
      Ce château n’étant pas sur notre route et notre retard non comblé nous ne nous y rendons pas. Il en sera de même pour la chapelle troglodyte de Notre-Dame-de-Lorette.
       Toutefois nous apprendrons que, comme hier au château de Vayres à Saint-Georges-Lès-Baillargeaux, il est question d’une anecdote qui dit que Jeanne d'Arc, venant de Sainte-Catherine-de-Fierbois pour aller à Chinon voir le roi Charles VII, passa en toute vraisemblance à Saint-Epain le 6 mars 1429et selon une première tradition elle se serait abritée dans la chapelle Notre-Dame-de-Lorette durant une averse ; selon la seconde, elle se serait reposée un instant sous l'un des chênes du parc de Montgoger.
      Dans la Grande Rue, en face de la pharmacie, nous avisons une épicerie qui nous permet de faire nos emplettes pour le repas du midi et nous reprenons notre route en direction de Thilouze. Dans le bourg de Thilouze nous trouvons un abri bus providentiel pour nous faire une salle à manger, banc, abrité du vent et poubelle à proximité. De plus quelques mètres plus bas, Place de l’église, un petit café-restaurant nommé « A la bonn’heure » nous permet de prendre notre café quotidien, sans lequel l’après midi est triste.
       L'Eglise Saint Antoine du Désert a une nef du XIIème siècle et le chœur est du XVème siècle. Le clocher, dont la base date du XIIèmesiècle, présente une flèche de pierre octogonale qui dépasse 43 m. Nous apprendrons que Nicole Avezard, qui joue le rôle de Lucienne Beaujon dans le duo des Vamps passa, dans son enfance, plusieurs fois ses vacances à Thilouze et que des personnages des spectacles portent le nom de personnes habitant ou ayant habité dans la commune.
 
Chateau-du-plessis.jpg
©leplessisthilouze.com
Le château du Plessis à Thilouze
 
      Quatorze heures, nous quittons Thilouze pour Tours. A la sortie de la localité  nous faisons une halte pour admirer, au bout d’une belle allée bordée d’arbres, le Château du Plessis datant du XVème siècle ; ses ailes sont du XVIIIème siècle, propriété privée il ne se visite pas.
       Quatre kilomètres plus loin nous entrons dans Pont de Ruan. C’est à la sortie de la  localité, juste après avoir passé le pont sur l’Indre que brusquement un bruit identique à un coup de fusil de guerre nous stoppe. Hier soir nous étions bien à la Grenouillère, heureux et paisibles. Aussi avons-nous oublié l’incident de Châtellerault. Le pneu arrière légèrement abimé hier est complètement usé sur le dessus, la chambre à air à nu venait d’éclater. Afin d’alléger le vélo pour pouvoir sortir la roue, il faut retirer les sacoches. Depuis quatre ans Christian promenait un pneu de dépannage à tringle souple qui ne lui avait jamais servi. Aujourd’hui il est le bien venu ainsi que la belle pompe neuve achetée à Agen au mois de juin, après la crevaison de la roue du vélo de Janine, lors de notre randonnée le long du canal de Garonne. (Voir étape Castelsarrasin – Agen, de  Toulouse - Bordeaux)
      Il est presque 16 heures quand nous repartons après remplacement du pneu et de la chambre à air. Par chance une déchèterie située à quelques mètres du lieu de notre crevaison nous permet de nous débarrasser du pneu défectueux et de la chambre à air hors d’usage.
      Nous traversons Ballan-Miré et entrons dans Tours par Joué-Lès-Tours. Aussitôt nous rencontrons les premiers travaux et les premières déviations. Au bout de presque une heure nous tournons en rond tout en respectant les indications du fléchage des travaux. Christian prend la décision de ne plus en tenir compte et de suivre son instinct afin rejoindre la gare de Tours, passer le pont Wilson et rejoindre le quai Paul Bert où nous devons faire étape à la villa Floria.
 
2c18z-IMG 1988
©Villa Floria
La Villa Floria Tours
 
       La villa Floria ne nous est pas inconnue car en 2011, lors de notre périple le long de la Loire nous avions découvert ce lieu très accueillant sur le bord du fleuve. Nous y sommes accueillis par Laure Menu que nous revoyons avec plaisir.
         Nous retrouvons la même chambre que la première fois, qui a encore été améliorée et toujours le jardin ou après les soucis de cette longue étape il fait bon se détendre. De plus ce soir nous n’avons pas à ressortir car madame Menu est une très bonne cuisinière et après un apéritif pris en compagnie d’une charmante étudiante anglaise qui elle aussi loge sur place, nous savourons un délicieux repas servi avec le sourire par notre hôtesse.
 Ce soir nous ne veillons pas tard car demain nous allons découvrir une nouvelle région et une étape légèrement accidentée.
         
Jardin-villz-floria.jpg 
©Villa Floria                                    
 Vue partielle du jardin de la villa Floria

Partager cet article

Repost 0

commentaires