Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 16:19
 
Le 13 novembre nous vous avions livré le récit de la dernière étape de la Loire à Vélo avec la visite de Nevers. Depuis, pris par d'autres activités et obligations nous n'avons pas eu le temps de vous raconter notre retour à la maison depuis Nevers. Comme vous allez le voir il aurait été dommage de ne pas en parler.
Mardi 21 : c’est fini, c’est le retour en train vers Poitiers. Embarquement dans le TER, en provenance de Dijon, pour Tours, où nous devons changer de train. Nous quittons Nevers, retraversons la Loire et revenons dans le département du Cher. Le  paysage défile rapidement, La Guerche-sur l’Aubois, Nérondes, Avord passés, nous entrons en gare de Bourges. Quelques minutes d’arrêt et nous repartons direction Mehun-sur-Yèvre et Vierzon par la vallée de l’Yèvre et du canal du Berry. Nouvel arrêt à Vierzon puis nous nous engageons dans la vallée du Cher qui nous mènera jusqu'à Tours. De nouveaux paysages défilent et bien que nous ayons encore dans les yeux les sites de la vallée de la Loire, nous nous prenons à rêver de nouvelles randonnées dans la vallée du Cher. Villefranche-sur-Cher, Châtillon-sur-Cher, Montrichard, Bléré, etc. étant autant de ville à visiter.
Le retour en TER est l'occasion de se remémorer nos souvenirs, de tirer un bilan, des conclusions et des enseignements de notre périple. Mais c’est aussi un moment de nostalgie car ce qui nous a tenus en haleine, et motivé pendant les mois de préparation, fait place à une sorte de vide. Ces paysages sont aussi l’occasion d’ébaucher de nouveaux projets pour le combler.
La-Loire-a-velo-schema-copie.jpg

Notre périple (Cliquer pour  agrandir)

 Entrée en gare de Tours, nous nous préparons à changer de train. Bien qu’en travaux, la gare est pratique pour aller sur un autre  quai et rejoindre le TER à destination de Poitiers. Le transbordement fait, nous voilà partis pour l’avant dernière étape d’un voyage jusqu’ici sans histoire. Malheureusement il n’est pas de même en gare de Poitiers.

La gare de Poitiers, comme beaucoup d’autres, n’a pas été conçue pour les cyclistes. Bien que la SNCF les accueille généralement bien, les infrastructures ne sont pas adaptées : passages souterrains sous voies avec escaliers et sans rampes, ascenseur trop petit.
Généralement il suffit de se présenter à l’accueil qui nous dépêche un agent pour nous faire traverser les voies par le passage de service à niveau. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, ce qui entraine une discussion assez vive avec les « chefs » qui refusent de nous faire traverser à niveau pour des raisons fallacieuses telles que : On a un audit en cours et on aura une mauvaise note ; on ne sait pas quand les trains vont passer, si les autres le font c’est sous leur responsabilité ; etc. après plus de dix minutes de discussion, où il n’est pas passé un seul train, « les chefs » avouent ne pas vouloir prendre de responsabilités et nous disent de faire ce que nous voulons pour traverser. Ils ajoutent  que si nous passons à niveau, ils ne nous mettront pas d’amende car ils ne sont pas habilités pour le faire. Finalement nous  traversons à niveau, alors qu’ils retournent dans leur bureau en empruntant… le souterrain. Il n’est toujours pas passé de train mais nous sortons de la gare plus d’une demi-heure après notre arrivée.
Avec la SNCF tout est possible hélas !    

Partager cet article

Repost 0

commentaires