Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 11:32
Ça a changé avec TGV 
   
     Depuis quelques jours nous restions dans le silence. Non pas que nous étions sur le Tour de France, mais beaucoup plus simplement, afin de ne pas faire de l'ombre à ces champions, notre modestie en souffrirait, nous étions sur une de nos petites randonnées. Celles qui permettent de découvrir la France, que certains qualifient de "profonde" peut être parce qu'ils ne la connaissent pas, bien que la sillonnant fréquemment en voiture, ou que, vue de la ville, la campagne c'est loin et en plus, comme me l'a dit un jour une citadine grand teint : "cela ressemble à un plat d'épinards".
    Si Popeye trouvait dans cette plante potagère de la famille des chénopodiacées, des forces extraordinaires, nous nous y trouvons un plaisir important, celui de découvrir des paysages, des trésors architecturaux, des petits villages de caractère et surtout des hommes et des femmes "extras et ordinaires".
     Revenons à notre balade. Pour aujourd'hui, nous allons vous raconter cette  première journée où nos vélos se sont aussi promenés.
 
Toulouse – Bordeaux
par la voie verte du canal de la Garonne
ou
La randonnée cyclotouriste des étoilés
 
Transport sur les lieux
 
        Le projet était dans les cartons depuis l’an passé. Mais, programmé en avril, puis en mai et reporté à chaque fois pour des raisons diverses, il est brusquement remonté en surface la semaine dernière. Comme le disent les astronautes, une fenêtre, météo pour eux, mais calendaire pour nous, s’étend brusquement ouverte, la décision de partir fut prise en moins d’une journée, et nous nous retrouvons le soir à Toulouse. N’ayant pas le temps matériel de faire notre halte habituelle aux « Muriers », notre chambre d’hôtes préférée, nous trouvons un hôtel correct à deux pas de la gare et de la place du capitole. Recommandé par le guide des bonnes adresses de la Fédération française de cyclotourisme, le Royal Wilson, d’un confort simple, mais très correct, nous offre un accueil sympathique.
 
  gare-de-poitiers-Photo-Gares-et-connections.jpg
                                                                                                                                © Gares et connections
Le parvis de la Gare de Poitiers
 
       Avant d’en arriver là, il nous a fallu rejoindre Toulouse depuis Poitiers par le train. Nous appréhendions le départ de Poitiers compte tenu des désagréments que nous avions connus lors de précédents voyages. Nous nous présentons à l’accueil comme d’habitude, une bonne demi-heure avant le départ du train, avec la crainte d’une fin de non recevoir pour avoir un accès au quai de départ par le passage à niveau de service. Première surprise, l’agent nous demande de patienter et quelques instants après un agent fort aimable nous accompagnent au quai, exactement à l’emplacement où la voiture du train doit s’arrêter.
      Deux heures plus tard nous sommes en gare de Bordeaux et deuxième surprise une rampe d’accès nous permet de descendre au souterrain pour accéder aux autres voies. Mais une troisième surprise nous attendait au bout du souterrain, un escalier particulièrement raide à gravir pour accéder au quai de départ de l’inter-citées qui doit nous amener à Toulouse. Heureusement un jeune homme nous aide à monter nos vélos lestés de leurs sacoches. C’est assez fatigué que nous nous retrouvons à Toulouse après 6 heures de voyages.
      A la gare de Matabiau un escalator suffisamment large et avec une plateforme de démarrage assez longue nous permet le rejoindre la sortie sans trop de difficultés. Une courte étape sur les allées Jean Jaurès nous amène à notre hôtel. Une bonne douche pour nous remettre en forme et il est l’heure d’aller souper et accomplir le premier acte des objectifs de notre randonnée, la collection de menus dédicacés.
 
Les-jardins-de-l-opera-Photo-M-Vincent.jpg 
                                                                                                                                                                      © photo La Dépêche.fr
Les Jardins de l’Opéra
 
      C’est aux jardins de l’opéra, sur la célèbre place du capitole qu’il sera réalisé. Si l’accueil y est très codifié par la bonne formation des écoles hôtelière, le cadre allie heureusement le contemporain du mobilier et l’ancien du site. A noter une coutume en voie de disparition, lors de la commande, Janine a eu droit à une carte muette, comme cela ce faisait autrefois ou la dame était toujours considérée comme l’invitée du monsieur qui l’accompagnée, et n’avait pas connaissance des prix. Depuis quelques décennies, avec l’évolution de « la parité », il est rare que les restaurants présentent ce type de carte.
      Après un repas d’une qualité gastronomique excellente, nous avons le plaisir de recevoir un exemplaire de la carte du restaurant portant la dédicace du chef Stéphane Tournié. Elle viendra rejoindre dans la collection celles de Paul Bocuse, Gagnaire, Richard Toix et les autres, en attendant celles à venir au cours de notre randonnée, mais nous en reparlerons.
      Pour l’heure, c'est-à-dire 23 heures, il est temps d’aller dormir car demain le départ du périple de cyclotourisme, qui doit nous amener à Bordeaux en fin de semaine, est matinal. Nous prenons toutefois un instant pour admirer la pureté et la grandeur de la place du Capitole la nuit.
 
place-du-capitole-toulouse-justacote.jpg
                                                                                                                                      © Justacoté
La place du capitole le soir 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires