Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 17:08

 

7ème étape

 

Châteauneuf du Faou – Châteaulin – Port-Launay

 

 

Sept heures, le réveil sonne et nous rappelle qu’aujourd’hui nous allons vivre la dernière étape de notre itinéraire à bicyclette. Une bonne douche et un copieux petit déjeuner nous mettent définitivement sur pied. Il est huit heures trente au moment ou nous quittons le Relais de Cornouaille. Nous n’avons pas vu nos compagnons d’hier soir et ne savons pas s’ils sont encore au lit ou déjà partis. Rejoindre le bord du canal au Pont du Roy est un jeu d’enfants, puisque la côte d’hier soir descend aujourd’hui, logique non !

IMGP5681.JPGEn nous éloignant de Châteauneuf nous longeons l’Aulne qui a été canalisée à raison d’une écluse tous les deux kilomètres en moyenne. L'Aulne (Stêr Aon en breton) est un fleuve côtier. Il prend sa source dans les Côtes d'Armor et se jette dans la rade de Brest.

Notre première halte est à l’écluse 224 Rosvéguen. La maison éclusière abrite un centre d’interprétation de la vie éclusière. Des centres d’interprétations, il y en a quatre dans le département du Finistère, le long du canal. Le centre de Rosvéguen présente une exposition sur l’histoire du canal, les modes de vie et les techniques de travail de la batellerie bretonne.

Après cette visite très enrichissante, nous repartons en direction de Pont-Coblant où une épicerie, indiquée sur notre guide, va nous permettre de nous ravitailler pour le repas de midi. Arrivés sur place, force est de constater qu’elle est fermée définitivement. Dans le hameau il n’y a qu’un seul commerce, une auberge au nom évocateur, « Auberge du poisson blanc ».

Comme il est trop tôt pour manger nous demandons s’il est possible d’acheter des sandwichs. La patronne accepte fort gentiment de nous dépanner et valide même notre carte de route. Où tout se gâte, c’est lorsque nous lui demandons une certaine boisson à base de Cola. La réponse sèche arrive : «  Ici on ne vend que des produits français » Nous pensons au départ que c’est une boutade. Pas du tout, elle nous explique qu’ils ne vendent pas ces produits, ni ceux d’origine étrangère quels qu’ils soient. Nous nous désaltérons donc avec un Perrier-menthe. Malgré cela, tout se termine dans la rigolade et elle nous fait déguster des « Triskels », petits biscuits en forme de triskel, ce symbole breton, ou plutôt celtique, à trois branches spiralées censées représenter les trois éléments : la terre, le feu et l’eau. Mais d’autres interprétations sont données, entre autres, les trois âges de la vie (jeunesse, âge mûr, vieillesse). Nous repartons avec nos sandwichs et un peu plus de connaissances sur la culture bretonne.

IMGP5689.JPGTreize heures, nous nous arrêtons pour pique-niquer sur une aire aménagée et ombragée. Nous ne sommes plus très loin de Châteaulin et nous prenons notre temps. Pour le reste du trajet deux options se présentent : nous arrêter à Châteaulin, poser nos bagages à l’hôtel puis repartir à Port-Launay, terminal du canal. Deuxième possibilité, continuer jusqu’au bout du canal et revenir ensuite à l’hôtel. Après réflexion, nous optons pour la deuxième solution.

Sitôt dit, sitôt fait, nous repartons, traversons Châteaulin, passons devant la dernière écluse fluviale n° 236, au kilomètre 360. Il est quatorze heures trente quand nous arrivons à l’écluse maritime de Guily Glas, au delà de laquelle L'Aulne, sur ses dix huit derniers kilomètres entre Rosnoën et Châteaulin, est soumise à l'influence des marées. Cette partie du fleuve, de Port Launay à la mer, est appelée couramment l'Aulne maritime.

IMGP5706.JPGPort-Launay, construite sur la rive droite de l’Aulne, est caractéristique de l’architecture  que l’on trouve sur les autres ports, avec ses maisons d’armateur à deux étages et balcons à balustrades en fer forgé. Un grand viaduc ferroviaire, haut de cinquante cinq mètres et long de trois cent soixante mètres, comporte douze travées dont la plus importante a une portée de vingt deux mètres. Ce viaduc enjambe le fleuve pour aller des coteaux de Port-Launay aux coteaux de Châteaulin. Autre ouvrage remarquable, le barrage de l’écluse de Guily Glas. A la suite de graves inondations en 1995 et 2000, le barrage fixe de l’écluse a été remplacé par un barrage mobile qui varie de hauteur en cas d’afflux d’eau en amont. Il peut aller jusqu’à s’escamoter complètement en cas de grosses crues.

IMGP5699Nous sommes arrivés au terme de notre voyage cyclotouristique. Après avoir pris une série de photos, nous décidons de fêter çà en allant déguster un café au bar restaurant au nom très recherché de … « Le Guily Glas ».

Il est quinze heures quand nous repartons vers Châteaulin et notre hôtel. En cours de route, nous pouvons admirer l’écluse de Châteaulin que nous avions dépassée tout à l’heure sans la regarder. Nous admirons aussi le viaduc curviligne qui, depuis la suppression de la voie ferrée qui le parcourait, a été transformé en pont routier à sens unique, pour aller d’un côté à l’autre de la ville, en plus du pont sur l’Aulne. Maintenant que notre objectif est atteint, nous allons penser à notre retour à la maison. Auparavant nous avons l’après midi pour visiter Châteaulin.

Nous arrivons à l’hôtel « Le Chrismas » où sur la porte une petite affiche nous informe que l’hôtel est fermé jusqu’à dix sept heures. Nous nous installons sur la terrasse afin de faire une petite pose. De l’autre côté de la rue une boulangerie- pâtisserie nous nargue. C’est l’heure de gouter et Janine va nous chercher quelques pâtisseries pour nous faire patienter… Le régime sera pour plus tard. Nous décidons de profiter de ce temps d’attente pour repérer la gare. C’est Christian qui s’y colle, après avoir délesté son vélo de ses bagages. Il part en exploration et revient au bout d’un moment pour dire que la gare est à deux kilomètres,  dans la partie haute de la ville et que demain il faudra une bonne demi-heure pour y aller, car il y a une grande côte, dont une partie en forte déclivité, qu’il nous faudra monter à pied.

A la gare, il retrouve les deux couples avec enfants. Ils attendent le train qui doit les ramener à Redon, d’où ils vont rejoindre « Bout de Bois ». Bien que nous ayons fait à peu près les mêmes étapes, nous constatons que nous nous sommes très peu rencontrés.

IMGP5713.JPGEnfin, l’hôtelière arrive et nous accueille. Après notre installation et le traditionnel,  « douche-changement de tenue », nous partons à la découverte de la ville, ou du moins du cœur d’agglomération. Si Châteaulin existait déjà à l’époque gauloise, ce n’est qu’à partir de 1865 qu’une série de travaux va considérablement modifier son visage et lui donner cet aspect de ville neuve. Néanmoins les alentours du marché sont très vivants et animés. Après un  tour dans les principales rues, nous faisons une halte rafraichissement à la terrasse d’un bar tabac où nous pouvons, pendant un long moment, nous détendre et regarder vivre les gens.

Nous retournons à notre hébergement pour prendre notre repas du soir à une heure raisonnable, car demain il va falloir repartir de bonne heure pour rejoindre Nantes et retourner à la maison. Mais cette ultime étape fera l’objet d’un autre récit !

Partager cet article

Repost 0
cycloretraite.over-blog.com - dans cyclotourisme
commenter cet article

commentaires